Pour ce début d’année 2015, le CCFA vient de livrer ses statistiques sur le marché automobile français pour le mois de décembre dernier et l’ensemble de l’année 2014. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les automobilistes français ne se pressent pas beaucoup plus qu’en 2013 pour aller se rendre en concession, année historiquement basse correspondant à des chiffres de ventes d’il y a quinze ans…

Tendance à la baisse qui va en s’accentuant ?

Après un mois d’octobre à – 3,8 % et un mois de novembre à – 2,3 % malgré la tenue du Mondial de l’Automobile en octobre, décembre accentue la tendance avec 11 % de voitures vendues en moins par rapport au même mois de l’année précédente à nombre de jours ouvrables comparable (- 6,8 % en données brutes), soit seulement 163 382 immatriculations !

La Renault Clio (105 182 unités) est la n°1 des ventes de voitures particulières en France pour 2014. La Peugeot 208, son éternelle rivale, est distancée de plus de 20 000 unités, mais ne profite pas d'une déclinaison break (photo)

La Renault Clio (105 182 unités) est la n°1 des ventes de voitures particulières en France pour 2014. La Peugeot 208, son éternelle rivale, est distancée de plus de 20 000 unités, mais ne profite pas d’une déclinaison break (photo)

Dans le détail, les chiffres provisoires concernant les immatriculations de voitures particulières neuves pour décembre 2014 donnent dans leur majorité des baisses pour l’ensemble des constructeurs. On retiendra que les groupes français (- 5,4  %) limitent la casse, mais Citroën et DS se prennent un beau gadin avec respectivement – 21,6 % et – 35,8 %. Pour la marque premium, le lancement de la DS 3 restylée devrait permettre de relancer la machine…

Du côté des groupes étrangers (- 8,3 %), les fêtes de fin d’année ont été un peu plus douloureuses. On pense notamment à Toyota (- 22,1 %) et toujours au groupe Hyundai (- 20,9 %).

Sur l’ensemble de l’année 2014, les constructeurs nationaux (+ 3,9 %) peuvent se targuer de faire le sans faute avec des chiffres dans le vert pour tous à l’exception de DS (- 27,2 % à 31 746 unités). La plus belle progression est une nouvelle fois pour Dacia décrochant + 14,1 % à 102 519 unités. PSA Peugeot Citroën a vendu 536 146 autos (+ 1,6 %) et Renault suit derrière avec 456 425 exemplaires, mais en progressant de 6,8 %.

Pour les constructeurs étrangers (- 3,8 %), rares sont ceux à avoir le sourire. Si le groupe Volkswagen se contente d’une petite baisse (- 1,9 % à 237 544 unités), tout comme le groupe Ford (- 1,8 % à  75 090 unités), les groupes GM (- 19,4 % à 65 442 unités à cause de l’arrêt de Chevrolet) et Hyundai (- 23,4 % à 45 351 unités) accusent le coup. Seul le groupe Nissan tire correctement son épingle du jeu avec + 8,8 % à 68 741 unités.

Quid des perspectives pour 2015

En faisant le bilan de l’année 2014, certains se réjouissent de constater une « hausse » de 0,3 % du marché français à nombre de jours ouvrables comparable avec 1 795 913 unités écoulées. Pour autant, cela montre bien que la croissance du marché est atone, voire complètement en panne ! Le marché européen a déjà repris (+ 5,7 % sur les onze premiers mois de 2014 à 11,6 millions d’unités), tandis que dans l’Hexagone les bons scores du début d’année ont été ruinés par une fin d’année présageant rien de très bon pour 2015.

Au départ, le CCFA tablait sur une augmentation comprise entre 1 et 3 %, finalement ce ne sera même pas + 0,5 %… Pour 2015, des analystes prévoient déjà + 3 % pour le marché auto tricolore. Il serait peut-être plus sage de prendre un petit peu de recul et de constater les signaux d’une vraie reprise avant de s’avancer sur une progression des ventes.

Rendez-vous début février 2015 pour prendre le pouls du marché.