Les automobilistes ont souvent l’impression d’être les vaches à lait de l’Etat. Il est vrai que les voitures sont une source facile et inépuisable de revenus pour les gouvernements, dans la mesure où les Français ne peuvent se passer de leur auto pour se déplacer.

L’Etat n’a d’ailleurs jamais autant gagné d’argent grâce aux conducteurs, entre la multiplication et la modernisation des radars ou les hausses continue de la fiscalité sur les carburants. Et l’année 2018 ne va pas arranger les choses, avec encore plus de taxes à la pompe (et plus particulièrement sur le gazole), un malus plus sévère, un nouvel impôt sur la carte-grise des véhicules puissants (aussi bien neufs que d’occasion)…

Et pourtant, l’Etat songerait à ajouter un nouveau prélèvement obligatoire, destiné à financer l’entretien du réseau (ce que doit déjà faire une partie des recettes des radars). Selon le Parisien, un rapport parlementaire préconiserait le retour d’une vignette, dont les recettes seraient donc utilisées pour la remise en état des routes françaises. On ne sait pas encore si elle serait réservée aux Français, ou appliquée à tous les conducteurs qui seraient sur nos routes, donc aussi les étrangers.

Jusqu’à 125 euros

Selon nos confrères, la vignette coûterait entre 75 et 125 euros. Bien évidemment, il faudrait passer à la caisse chaque année. Les gains seraient énormes pour l’Etat, entre 3 et 5 milliards d’euros. Si pour l’instant ce n’est qu’une proposition dans un rapport, il n’y a jamais de fumée sans feu, d’autant que le rapport évoque d’autres pistes pour récolter des sous, comme augmenter encore les taxes sur les carburants ou facturer la circulation des voitures et camions au kilomètre. De quoi faire ressurgir avec cette dernière idée le spectre de l’écotaxe, un fiasco typiquement français qui a coûté aux contribuables plus d’un milliard d’euros.

Evidemment, on ne nie pas que l’état du réseau secondaire est parfois préoccupant et que c’est un élément essentiel de la sécurité routière. Refaire et sécuriser les routes nationales et départementales semble d’ailleurs plus important que baisser les limitations de vitesse. Mais pour cela, on ne paye déjà pas assez de taxes et d’impôts quand on est automobiliste ?