C’était une promesse faîte par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle : les aides pour remplacer une vieille voiture vont être augmentées et vont concerner davantage de Français en 2018.

Actuellement, il y a déjà deux sortes de primes à la casse, à la condition de faire reprendre un diesel de plus de dix ans. Pour tous les Français : un bonus supplémentaire de 2.500 € lors de l’achat d’une hybride rechargeable (moins de 60 g/km de CO2) et 4.000 € lors de l’achat d’une électrique. Pour les ménages non imposables : un coup de pouce pour l’acquisition d’un véhicule essence neuf ou occasion qui rejette moins de 110 g/km de CO2, de 500 € si l’auto est de norme Euro 5 ou 1.000 € s’il est de norme Euro 6.

Jusqu’à 2.000 € sur une occasion !

En 2018, il y aura une prime de 1.000 € pour tous ceux qui se sépareront d’une voiture essence fabriquée avant 1997 ou d’une voiture diesel fabriquée avant 2001. Elle sera même de 2.000 € pour les ménages non imposables, qui profiteront de ce coup de pouce pour la mise à la casse d’un diesel datant d’avant 2006.

Bonne nouvelle : on pourra bénéficier de la prime pour l’achat d’un véhicule neuf ou d’un véhicule d’occasion, qui porte la vignette Crit’Air 0, 1 ou 2 et rejette moins de 130 g/km de CO2. Cela correspond aux essences mis en service depuis le 1er janvier 2006 et aux diesels immatriculés après le 1er janvier 2011. Mine de rien, un ménage modeste pourra avoir une aide de 2.000 € pour l’achat d’une auto qui a dix ans ! Ceux qui ont de très vielles voitures n’auront plus vraiment d’excuse pour ne pas changer contre une plus récente.

En revanche, mauvaise nouvelle : le coup de pouce supplémentaire pour l’achat d’une électrique va passer de 4.000 à 2.500 €. Le bonus de base de 6.000 € va cependant perdurer.