Lors de son apparition en 2007, la Nissan GT-R avait fait son effet en affichant 480 ch issus d’un « petit » V6 3,8 l. La particularité de cette mécanique qui a été constamment améliorée au fil des ans est d’émettre un son atypique pouvant être magnifié en remplaçant l’échappement d’origine.

Une sonorité devenant de plus en plus aigüe

Le vidéaste NM2255 a pu filmer une édition de 2013 (550 ch et 632 Nm) équipée de quatre sorties signées du manufacturier Akrapovic. La sonorité s’en trouve nettement amplifiée et encore plus grisante. Des flammes s’échappent même suite à une forte accélération. L’effet est garanti !

Voilà une GT-R correctement libérée !...

Voilà une GT-R correctement libérée !…

A chaque pression sur l’accélérateur, la Japonaise chante d’une belle façon et vire vers les aigus plus l’aiguille du compte-tour se met à grimper. Un qualité qui se remarque, car l’ajout d’un turbo est toujours problématique pour obtenir une bande son sympathique qui ne soit pas linéaire.

A mon sens, la Nissan GT-R possède le V6 biturbo actuel le plus agréable à écouter. Quel est votre avis ? Peut-être que la nouvelle Honda NSX pourra rivaliser ?

> Lisez aussi : Du nouveau pour la Nissan GT-R, mais sans hausse de prix