Voici le 6ème et dernier concept de la nouvelle stratégie Design de Renault, imaginée par Laurens van den Acker. l'Initiale Concept annonce le futur Espace.

Voici le 6ème et dernier concept de la nouvelle stratégie Design de Renault, imaginée par Laurens van den Acker. l’Initiale Concept annonce le futur Espace.

On devrait se réjouir. Avec ce concept-car, Renault annonce son retour dans le haut de gamme. Pourtant, on est un peu déçu. Et même doublement. Déjà, on découvre que le prochain premium de la marque au losange n’est « que » le nouvel Espace. Puis on découvre que la plus grande des Renault n’a pas été aussi revisitée que prévu. Cela fait plusieurs années qu’à Billancourt on nous annonce un Espace révolutionné. Qu’il fallait tout oublier. On s’attendait donc à un engin plus original, une sorte de gros break crossover dans le genre Mercedes Classe R. Au final, on a quand même l’impression de se retrouver devant… un gros monospace, avec une poupe verticale, qui fait penser à celle du Grand Scénic avec des feux en hauteur qui débordent sur les flancs.

Sous cet angle, on ne voit pas trop ce qui change pour l'Espace, avec une poupe verticale et une grande surface vitrée.

Sous cet angle, on ne voit pas trop ce qui change pour l’Espace, avec une poupe verticale et une grande surface vitrée.

Gabarit de Grand Espace

Après, comme on dit souvent, avant de juger, il faut voir en vrai l’engin. Ce que nous avons fait sur le stand de la marque à Francfort. Et il est vrai qu’on se rend mieux compte des nouvelles proportions de l’auto, que Renault qualifie quand même de crossover. L’Initiale Paris mélange le dynamisme d’une berline, avec des épaules marquées, le caractère d’un SUV avec la garde au sol surélevée et la luminosité d’un monospace avec une surface vitrée généreuse. Surtout, ce que l’on retient, c’est la hauteur en diminution. Elle reste importante (1,66 mètre) mais quand la longueur est de 4,85 mètres

Du SUV, l'Initiale Paris reprend la garde au sol surélevée. L'auto est montée sur des jantes de 22 pouces !

Du SUV, l’Initiale Paris reprend la garde au sol surélevée. L’auto est montée sur des jantes de 22 pouces !

L’Initiale Paris est le sixième concept-car de la stratégie Design de Renault. La dernière pétale de la marguerite imaginée par Laurens van den Acker, symbolisant les six étapes de la vie. L’Initiale illustre la partie Wisdom, le moment où l’on aspire à la sérénité et à profiter pleinement de la vie. Pour dessiner ce proto, et donc le nouvel Espace, Renault déclare s’être inspiré de l’univers de l’aéronautique. La custode arrière reprend par exemple la silhouette d’un empennage d’avion.

Ce toit en alu et plexiglas fraisé dans la masse est de toute beauté. Les habitués de la capitale auront reconnu le plan de Paris.

Ce toit en alu et plexiglas fraisé dans la masse est de toute beauté. Les habitués de la capitale auront reconnu le plan de Paris.

L’un des pièces maitresses de l’engin est son toit en aluminium et plexiglas fraisé dans la masse qui dessine le plan de Paris, avec ses quartiers et le tracé de la Seine. Ce n’est pas le seul détail qui fait référence à la Ville Lumière. Un élément graphique à base de losanges est visible sur les flancs, les jantes ou encore la calandre, comme un clin d’oeil à la structure métallique de la Tour Eiffel et du Grand Palais.

A de nombreux endroits, on retrouve une trame à base de losanges, référence à la structure de la Tour Eiffel.

A de nombreux endroits, on retrouve une trame à base de losanges, référence à la structure de la Tour Eiffel.

Beaucoup n’hésitent pas à dire que Renault s’est inspiré de Citroën pour imaginer son retour dans le haut de gamme. Il est vrai que la volonté d’avoir une ligne de modèles premium fait penser aux DS des chevrons. Si on veut être tatillon, on peut dire que la teinte Améthyste de la carrosserie, qui passe du noir profond au violet prune, fait songer au concept Numéro 9 de Citroën !

Gros changement à bord : l'instrumentation n'est plus centrée mais est placée face au conducteur.

Gros changement à bord : l’instrumentation n’est plus centrée mais est placée face au conducteur.

La révolution à bord

L’intérieur est moins proche de la série. On peut quand-même garder les grandes lignes de la planche de bord, avec par exemple une console centrale qui part de la base du pare-brise et vient se prolonger entre les sièges. L’Espace va donc énormément changer niveau habitacle, avec la fin du tableau de bord hyper épuré et de l’instrumentation placée au centre. Celle-ci reprend une place normale face au conducteur. Et ce n’est pas un hasard. Si le prochain Espace pourra toujours embarquer 7 personnes, il sera plus porté sur le plaisir de conduire.

La console centrale qui part du pare-brise pour retomber entre les sièges devrait se retrouver sur le modèle de série.

La console centrale qui part du pare-brise pour retomber entre les sièges devrait se retrouver sur le modèle de série.

Les sièges, qui ne sont pas reliés au plancher, mais au tunnel central, semblent flotter.

Les sièges, qui ne sont pas reliés au plancher, mais au tunnel central, semblent flotter.

L’accès à l’Initiale Paris s’opère par l’ouverture de portes antagonistes et, autre référence aux avions, l’abaissement d’un marchepied motorisé. Les sièges des deux premières rangées sont fixés au tunnel central, donnant l’impression qu’ils flottent. A l’arrière, on trouve une originale banquette composée de lamelles mobiles indépendantes.

La 3ème rangée est composée de lamelles qui se replient en formant une belle vague. Un délire de concept-car évidemment.

La 3ème rangée est composée de lamelles qui se replient en formant une belle vague. Un délire de concept-car évidemment.

Le test du twin-turbo

Sous le capot, on trouve un concept-moteur, basé sur le bloc Energy dCi 130, qui promet beaucoup de couple (jusqu’à 400 Nm). Ce moteur de faible cylindrée est associé à la boîte robotisée EDC à six rapports. Renault teste ici deux solutions inédites pour lui. D’un côté, on a la technologie twin-turbo. Un petit turbo à faible inertie est dédié aux bas régimes tandis quun deuxième turbo prend le relais dans les plus hauts régimes. De l’autre, on a la commande Shift-by-Wire pour l’EDC, empruntée à la Formule 1, qui favorise la précision et la douceur des commandes grâce à un effort mieux maitrisé. Ce concept-moteur offre une réduction de 40 grammes en termes d’émissions de CO2/km, soit 25% de carburant en moins, à motorisation comparable.

Si ce concept annonce donc le prochain Espace, il confirme aussi que Renault proposera sur quasiment toutes ses autos une version haut de gamme, qui reprendra l’appelation Initiale Paris. Ces modèles seront synonymes de matériaux spécifiques, d’une ambiance acoustique et thermique soignée ou encore de services spécifiques. L’Espace devrait être le premier concerné. A moins que la Clio ne lui grille la priorité en 2014.