En 2014, Audi a décliné le thème TT. Le petit coupé des anneaux (voir notre essai) avait été revu à la sauce SUV à Pékin puis imaginé en Sportback à Paris. Depuis, la firme allemande multiplie les variations autour d’un autre modèle : le Prologue ! Il s’agit d’une étude de style dévoilée au dernier Salon de Los Angeles qui préfigure les futurs haut de gamme du constructeur, de l’A6 à l’A8. Et comme il y aura différentes carrosseries pour ces autos, Audi s’est dit qu’il serait bien de faire différents prototypes ! Après le joli break à Genève, voici pour Shanghai l’Allroad.

Dans la famille Prologue, je voudrais le break baroudeur Allroad.

Dans la famille Prologue, je voudrais le break baroudeur Allroad.

Garde au sol relevée, carrosserie mieux protégée

Officiellement, c’est une manière de donner un avant-goût du futur grand break baroudeur de la firme. Mais c’est surtout un bon moyen d’attirer l’attention et d’occuper l’espace médiatique à moindres frais. Car ce concept n’est rien d’autre qu’un Prologue Avant rhabillé ! La couleur de carrosserie, un Blanc Dehua, est inédite. Les jantes 22 pouces sont également nouvelles, avec un design à 5 branches. Comme toute bonne Allroad qui se respecte, cette version du Prologue reçoit des protections de carrosserie couleur gris foncé au niveau des bas de caisse et autour des roues. La garde au sol a été relevée de 77 mm.

Le reste est donc connu. Comme il a été dit plus haut, cette série de protos pose les bases du nouveau design pour les grandes Audi. Quitte à se répéter, on ne voit pas forcément le changement. Tout se joue en fait dans le détail, avec par exemple une calandre Singleframe abaissée et élargie ou un regard plus acéré. A l’arrière, les feux sont reliés entre eux et les épaules sont marquées, une manière de symboliser la présence de quatre roues motrices.

Audi prologue allroad Audi prologue allroad Audi prologue allroad

Des écrans à foison

Même discours à l’intérieur : quasiment rien ne change par rapport au concept de Genève, sauf les couleurs. La planche de bord est identique, avec une architecture dépouillée et horizontale, qui multiplie les écrans. Il y en a cinq en face du conducteur et du passager. Le premier est dédié à l’instrumentation, comme sur les nouvelles TT et Q7. Les deux suivants sont de chaque côté du volant, pour la gestion des aides à la conduite.

Le troisième est destiné au passager qui gère ainsi la partie info-divertissement. Enfin, le dernier est au bout de la console centrale. Flexible grâce à la technologie OLED, il sert surtout aux réglages de la climatisation. Un autre écran de ce type est à l’arrière. Friandise de concept que l’on pourrait retrouver en série sur la future A8, la fonction Majordome. Un logiciel identifie par le biais de leur smartphone les occupants de la voiture. Il règle ensuite les sièges et la climatisation selon leurs habitudes. Il propose aussi des suggestions de musique ou de trajet.

Audi prologue allroad

Audi prologue allroad

Audi-prologue-allroad-1

Un Allroad e-tron

Il y a quand même un gros changement par rapport au Prologue vu en Suisse : le moteur. L’Allroad délaisse le gazole, peu en vogue en Chine. Mais il reste hybride plug-in, autrement dit chez Audi e-tron. Le moteur thermique est un V8 biturbo 4.0 TFSI, associé à un bloc électrique intégré à la boîte tiptronic à 8 rapports. La puissance totale est de 734 ch et le couple culmine à 900 Nm.

De quoi passer de 0 à 100 km/h en 3,5 secondes… tout en annonçant une consommation de seulement 2,4 l/100 km. Une valeur très flatteuse qui s’explique par le fait que l’auto peut parcourir jusqu’à 54 km sans utiliser d’essence. La batterie se recharge par induction ou via une prise classique.