Le refrain est incessant : la vitesse est la cause de tous les accidents en France, les automobilistes sont de véritables bourreaux en puissance… Ce matraquage est l’œuvre de la sécurité routière toujours prête, les associations victimes en supporters,  à diaboliser la vitesse et les automobilistes. Même si l’on sait que ces mensonges sur la vitesse sont dans le but de justifier le moyen de répression qui rapporte le plus qui sont les contrôles radar, où se situe la vérité ? L’institut d’études sur l’accidentologie (nouvellement créée par l’association 40 millions d’automobilistes) s’est penché sur le sujet et plus particulièrement sur le mois d’avril dernier, plus accidentogène que d’habitude qui a été l’occasion rêvée par la sécurité routière pour prendre toute une série de mesures plus inutiles les unes que les autres.

Le jeu des chiffres et les conditions climatiques en cause

un police effectuant un controle

Un policier contrôle un automobiliste

Jouer avec les chiffres (en particulier avec les pourcentages) a toujours été la technique préférée des démagogues, la sécurité routière en tête. Ainsi, ce n’est pas en comparant sur un mois le nombre de tués sur la route par rapport à l’année n-1 que l’on peut tirer des conclusions. Un minimum de recherches et d’explications sont nécessaires pour éclaircir la situation avant d’accuser les conducteurs de relâchement dans leur conduite.

De plus, les conditions climatiques n’ont pas été favorables à la baisse du nombre d’accidents mortels sur les routes françaises pour ce mois d’avril 2011. En effet, le printemps a été très précoce et ensoleillé cette année, il s’agit même d’un record. Cela rapproche donc cette période des mois estivaux traditionnellement plus accidentogènes. Par conséquent, beaucoup plus de voitures ont circulé et les familles ont été plus enclines à partir en vacances. Pareillement, les motards ont sorti leur deux roues avec quelques jours d’avance, leur mortalité a triplé entre mars-avril et janvier-février.

Les vraies causes des accidents du mois d’avril 2011

les phares d'une voiture devant un homme sur la route

Les vrais dangers de la route, quels sont-ils ?

Selon Louis Derboulle, président de l’association 40 millions d’automobilistes, il y a eu trois fois plus d’accidents ayant causé au moins trois morts par rapport au premier trimestre. C’est donc 30 morts en 9 accidents en avril contre 29 morts en 9 accidents sur l’ensemble du premier trimestre.

Voici l’origine des ces 9 accidents :

  • des chauffeurs de poids-lourds inattentifs ou qui se sont endormis
  • des conducteurs qui ont préféré voyager de nuit avec leurs jeunes enfants et qui se sont assoupis au volant
  • des jeunes d’une vingtaine d’années qui perdent le contrôle d’un véhicule surchargé, en particulier en sortie de discothèque
  • des chauffards (en général alcoolisés, et souvent sans permis et connus de la police)

La répression de la sécurité routière reste donc toujours aussi inutile qu’inadaptée. Rare seront les chauffards sans permis qui devront faire face à un contrôle de police !