Le chantier du bridage des véhicules utilitaires légers (moins de 3,5 tonnes) avait été ouvert en 2010. L’objectif officiel ? Sauver la planète en émettant moins de CO2 ! Mais non, la vitesse n’est pas le bouc émissaire !

Pas plus de 120 km/h pour les utilitaires

Deux utilitaires peugeot

Les utilitaire en passe d’être bridés électroniquement

Alors que des idées courent déjà dans les têtes pensantes du gouvernement français (bonus/malus 2013, radars mobiles mobiles, retour de la pastille « verte », …), la Commission européenne (qui livre des lois qui prévalent sur le droit français) a également ses bonnes fausses intentions. La dernière en date étant le bridage des utilitaires.

Un projet à demi-voté

La préconisation d’une limitation électronique de la vitesse a été votée par les députés européens (moins de 10 % d’entre eux étaient présents pour le vote au Parlement !) malgré l’avis de Holger Krahmer (politique allemand libéral) qui est à l’origine de ce projet de loi soit contre. Résultat : 53 voix pour, 4 contre et 1 abstention.
Le Conseil de l’Union Européenne devra encore valider, ce qui devrait se faire dans les semaines à venir pour rendre applicable cette mesure au mois de janvier 2014. On ne peut que penser à avant-goût de ce qui attend les automobilistes dans les années futures…

Quels modèles seront concernés par la limite ?

Ce sont les utilitaires légers qui sont concernés (VUL) dont voici une liste non exhaustive :

Type
Modèle
FourgonnetteRenault Kangoo
Peugeot Partner
Citroën Berlingo
CompactMercedes Vito
Renault Trafic
Volkswagen Transporter
Fourgon et châssis lourdRenault Master
Mercedes Sprinter
Fiat Ducato
Tout-terrain
Nissan Navara
Toyota Hilux
Mitsubishi L200
Véhicule de société ?Renault Clio
Volkswagen Polo

La principale interrogation est donc de savoir si les petits véhicules utilitaires de type Peugeot 207 où l’on retire la banquette arrière seront assujettis ? Les Porsche Cayenne de société seront une situation comique parmi d’autres… à moins qu’un simple aimant débride le véhicule !…

Moins de CO2 d’ici 2020

L’autre axe visé, ce sont les émissions de CO2 qui ne devront pas dépasser les 147 g/km d’ici 2020 pour tous les constructeurs produisant annuellement plus de 1 000 véhicules. Dans le détail, des modèles rejetant plus que le seuil seront encore vendus, mais la moyenne du catalogue de la marque ne devra pas se situer au-dessus des 147 g. Il faut donc s’attendre à voir des utilitaires électriques commercialisés afin de baisser la moyenne, mais il y a de fortes chances qu’ils soient peu vendus. Toutefois, la venue de ces modèles électriques demeure intéressante au regard du prix de vente, du coût de fonctionnement et du bruit réduit qu’ils génèrent.

La mesure de la consommation en carburant sur la sellette

Enfin, et c’est une bonne chose, la Commission a indiqué que le protocole de mesure en consommation de carburant des véhicules sera revu. En effet, les constructeurs profitent de ce système désuet pour afficher des valeurs complètement irréalistes. Les moteurs turbo revendiquent ainsi des consommation minorées de parfois plusieurs litres aux cent kilomètres, tandis que les motorisations hybrides déclarent consommer 2 – 3 litres de carburant, un score impossible à atteindre.