Il n’est jamais bon pour un constructeur automobile de rencontrer des problèmes de fiabilité, car Toyota n’est pas près d’en finir avec ses rappels et ses histoires de pédales. Alors que 8 millions de voitures ont déjà été rappelées, l’histoire prend une autre tournure depuis peu car la marque nippone mettrait maintenant les conducteurs en cause et ce, étude à l’appui.

rappels toyota et justice

Les problèmes de fiabilité de Toyota : une histoire sans fin pour le constructeur

Une erreur humaine

 

Après tout l’explication peu paraître plausible, certains clients auraient pu profiter des soucis rencontrés par la marque pour mettre sur le dos de la fiabilité un accident. Ainsi, le Wall Street Journal explique que certaines personnes auraient confondu la pédale de freinage et l’accélérateur.

Par ailleurs, l’Association pour la Protection des Automobilistes (APA), met en cause la disposition des pédales, leur proximité serait l’origine du problème.

George Inny, directeur de l’APA explique :

« Souvent, quand les gens se plaignent d’un cas d’accélération subite, ils viennent de s’installer dans l’auto. Ils ont peut-être désaxé leur corps un peu ou ils étaient en train de reculer, ce qui fait en sorte que la hanche et finalement le pied peuvent glisser un peu. »

Mais pour certains pas de doute, il y a bien défaillance

 

rav4 montagne et vitesse

Lubomyr Slodki, victime de deux incidents à bord de sa Toyota, se dit catégorique : pour lui le doute n’existe pas, il y a un problème technique et non humain.

Des similitudes avec les problèmes d’enquête rencontré par Renault et sa Laguna ?

 

Néanmoins, Toyota qui collabore avec les autorité précise que le fait que certains clients aient ajouté un tapis de sol au niveau des pédales complique l’enquête. On revit presque les déboires de Renault avec sa Laguna et son régulateur de vitesse.

Cette affaire coûte (et coûtera) très cher à Toyota

 

En effet, depuis le premier rappel, le 21 janvier, le constructeur nippon occupant la place de numéro 1 mondial a vu sa valeur boursière chuter de 32 milliards de dollars, et c’est sans compter les frais colossaux générés par les rappels, l’impact sur l’image de marque, etc…

Encore des incertitudes sur la finalité de l’affaire

 

Enfin, pour le moment il n’y a aucune conclusion de tirée mais lorsque celle-ci sera connue le débat risque encore de monter d’un cran.