Comme nous vous en parlions dans l’affaire des 80 km/h, c’est l’alcool qui est le première cause de mortalité sur les routes. Un fléau que les pays de l’Est connaissent bien et c’est d’ailleurs en Pologne qu’un nouveau type de radar est en train d’être mis au point. Son but ? Détecter la présence d’automobilistes alcoolisés derrière le volant !

Un moyen automatique pour détecter les vapeurs d’alcool

Pour y parvenir, trois chercheurs travaillant pour l’institut Militaire de Varsovie ont eu l’idée d’utiliser la spectroscopie sur un laser afin de détecter la présence ou non d’alcool dans l’air de l’habitacle d’une voiture (des ingénieurs russes semblent aussi sur le même type de projet, avec un vitesse maxi de contrôle de 120 km/h). Ce phénomène se produit dès lors qu’une personne possède au moins 0,1 g/l d’alcool dans le sang (taux légal maximum en France : 0,5 g/l).

JARS schema explicatif radar alcool

Le procédé pour mener ce contrôle routier d’un nouveau genre est assez simple. Il faut envoyer un laser d’un bord de la route sur un miroir situé de l’autre côté, puis analyser le spectre de la lumière reçue pour arrêter l’auto ou non pour un test d’alcoolémie.

JARS radar alcool

Les limites de ce radar

Néanmoins, la présence de vapeurs d’alcool dans l’habitacle ne suffit pas à donner le conducteur fautif, car cela peut-être un de ses passagers qui a bu ou encore à une bouteille mal fermée, renversée, etc…

Par ailleurs, pour les véhicules où le contrôle ne sera pas rendu possible à cause d’un obstacle par exemple, il faudra les arrêter et les faire souffler dans le « ballon » comme cela se fait habituellement.

Il faudra encore attendre la sortie de prototypes pour que la commercialisation de ce radar à alcool intervienne, mais nul doute qu’elle devrait intéresser les autorités et – enfin – multiplier les contrôles d’alcoolémie sur nos routes ? Il serait temps, plutôt que de dresser des PV pour 3 km/h de trop !

Source iconographique : remotesensing.spiedigitallibrary.org