La multiplication des systèmes de surveillance et l’amélioration des systèmes de détection de véhicules volés obligent les fraudeurs à faire preuve de plus en plus habilité pour échapper aux forces de la police. Leur allié depuis quelques années est internet. Explication d’un phénomène face auquel les forces de l’ordre tentent de lutter.

La méthode à suivre ?

Si l’usurpation d’immatriculation n’est pas nouvelle, la tendance est à la forte hausse dernièrement. En effet, en 2010 5 000 hors-la-loi ont été repérés avec de fausses plaques soit une hausse de 40 % par rapport à 2009. Si les outils informatiques sont de plus en plus performants pour faire la chasse aux fraudeurs, cela n’explique qu’en partie cette statistique.

une plaque minéralogique

Le web permet d’obtenir des plaques frauduleuses bien plus aisément qu’autre part

L’autre facteur qui a permis une telle hausse, c’est la multiplication des sites internet permettant de créer sa plaque minéralogique en quelques clics. Alors que certains sont agréés par le Ministère de l’Intérieur et qu’ils demandent une copie de la carte grise, carte d’identité ou certificat d’immatriculation pour s’assurer que les chiffres et lettres qui seront apposés soient bien ceux de l’acheteur, on peut aisément trouver un site internet bien moins regardant pour le même résultat. Plus besoin de s’embêter avec des vendeurs à la sauvette !

Comment s’en protéger ?

Il faut tout d’abord contester les PV reçu mais cela n’empêchera pas le paiement. Les photos du radar automatique peuvent également être demandées mais si comme bien souvent la voiture ayant les fausses plaques est rigoureusement la même que celle de la victime, les choses deviennent plus difficile à prouver…

Le mieux est encore de faire une demande de changement d’immatriculation.