Le 22 juin un communiqué de la direction démentait tout départ de son PDG Philippe Varin, mais comme dit le proverbe, il n’y a pas de fumée sans feu. Alors, pourquoi une telle rumeur ? Pourtant, l’arrivée en 2009 de Philippe Varin à la tête de l’entreprise était une volonté du directoire qui avait au passage poussé Christian Streiff vers la sortie.

monsieur varin dans la tourmente psa

Philippe Varin va-t-il vraiment quitter le groupe après trois ans ? Les conséquences ne seraient pas anodines

Ces rumeurs de départ sont peut-être la conséquence de résultats décevants. Les chantiers mis en œuvre pour relancer les deux marques Peugeot et Citroën n’ayant pas encore porté leurs fruits. Tout d’abord, sa production mondiale est inférieure aux objectifs (- 440 000 véhicules), puis le groupe perd des parts de marché malgré le renouvellement de ses modèles et de sa montée en gamme. Par ailleurs, le groupe a investit près de 3,5 milliards d’euros en recherche et développement sans que cela ne permette au constructeur de repasser les comptes dans le vert.

Pour faire des économies et récupérer du cash-flow, le groupe a d’abord supprimé 6 000 postes en Europe, vendu son siège à la Grande Armée et le groupe Citer. Il s’apprête aussi à vendre Gefco. De plus, PSA s’est allié avec GM qui est rentré dans son capital à hauteur de 7 %. Pourtant, malgré toutes ces opérations, les actions de PSA ont perdu 50 % de leur valeur.

D’après des proches de Philippe Varin, l’alliance avec GM aurait créé des tensions en interne, des tensions qui seraient nées du fait de la remise en question de certains projets, sans parler du futur des coopérations en cours comme celle avec BMW (par ailleurs BMW a annoncer vouloir rencontrer les dirigeants de PSA pour discuter de l’avenir de cette coopération). De plus, la création de plateforme commune avec GM et donc Opel pose des interrogations quant à l’affectation d’usines des futures voitures. Opel ayant huit sites de production et PSA 12 en Europe.

Philippe Varin en train de présenter la nouvelle Peugeot 208

Philippe Varin aux côtés de la nouvelle 208

Débarquer celui qui a négocié l’alliance avec GM et qui a défini la stratégie à long terme du groupe sonnerait comme un désaveu. Mais voilà, en ces temps de crise où le navire tangue, le moment ne semble guère propice pour faire tomber des têtes. Mais comme je vous l’ai dit en introduction, il n’y a pas de fumée sans feu !