Voici un an que le périphérique parisien est passé de 80 à 70 km/h après avoir déjà été rétrogradé de 90 à 80 km/h en 1993. L’heure d’un premier bilan a donc sonné, de quoi mettre en exergue les conclusions tirées après les trois premiers mois…

Baisse des limitations de vitesse et multiplications des radars, une affaire qui roule !

A la mairie de Paris, on ne pensait sans doute pas réaliser un si joli coup. Jugez plutôt : fin juillet 2013 le parc de radars automatiques du périphérique a été doublé et cinq mois plus tard les panneaux de limitation de vitesse à 80 km/h ont été remplacés par d’autres affichant 70 km/h. La raison officielle ? Toujours la même : diminuer la pollution, les accidents, les morts et les bouchons !

Les 70 km/h du périphérique viennent d'avoir un an d'ancienneté et l'on reparle de baisser la limitation encore davantage à 50 km/h !

Les 70 km/h du périphérique viennent d’avoir un an d’ancienneté et l’on reparle de baisser la limitation encore davantage à 50 km/h !

A l’heure des comptes, un an plus tard donc, le budget 2015 de la capitale – auquel il manquait 400 millions d’euros à la fin du mois de septembre dernier – pourra-t-il être plus facilement bouclé par cet impôt déguisé ? Assurément ! Alors qu’au début de l’année 2014 le nombre de flashs de la part des cabines installées aux abords de la voie urbaine la plus fréquentée d’Europe augmentait « timidement » de 20 %, ce sera finalement… 250 % ! 138 138 infractions en 2013, puis 461 596 en 2014, c’est ce qui s’appelle crever le plafond ! Ajoutez à cela les hausses vertigineuses du stationnement résidentiel et vous pouvez même envisager que le budget 2016 sera bouclé en avance !

Un nombre de morts au plus haut depuis 9 ans !

Si l’on peut « railler » la politique autophobe que pratiquent les maires de Paris depuis des décennies, ces mesures instaurées pour améliorer la sécurité routière a coûté la vie à trois personnes supplémentaires en 2014 par rapport à 2013 (7 en 2014, contre 4 en 2013, soit un niveau qui n’avait pas été atteint depuis 2005 !).

De son côté, la mairie se targue d’avoir fait diminuer le nombre d’accidents (627 en, 2014, contre 742 en 2013 correspondant à 776 blessés, contre 908 il y a un an). Toutefois, dans les rues parisiennes – où l’on impose de plus en plus le 30 km/h – et en petite couronne, les conducteurs semblent avoir été moins vigilants, puisque le total de personnes blessées a progressé de 2,5 %. Heureusement qu’un Vert demande « d’ouvrir le débat, sans tabou, sur une expérimentation d’une vitesse limitée à 50 km/h » sur le périphérique ! A ce rythme-là, les cyclistes pourront bientôt, eux aussi, emprunter cet axe !

Évidemment, les médias se sont chargés de reprendre en cœur la bonne parole en mettant au crédit de l’abaissement de la vitesse de 10 km/h les 115 accidents évités, mais en omettant les 4 décès en sus… Toujours le même refrain !

L’Angleterre qui supprime ses radars automatiques doit être sacrément ingénieuse pour réussir à obtenir une baisse historique sa mortalité routière d’ailleurs bien moins élevée qu’en France…