Périphérique à 70 km/h : la supercherie sur la pollution démontée

Inauguré en 1973, le boulevard périphérique parisien est l’autoroute urbaine la plus fréquentée d’Europe avec plusieurs centaines de milliers de véhicules empruntant cet axe quotidiennement (270 000 en 2005). Dès sa création, il est embouteillé aux heures de pointe et en l’espace de 40 ans, la situation n’a cessé d’empirer.

Tout est fait pour dégoûter l’automobiliste

Maire de Paris pendant treize ans, Bertrand Delanoé a tout fait pour empoisonner la vie des automobilistes circulant dans la capitale : multiplication des sens interdits, réduction et suppression de voies, désynchronisation des feux tricolores, moins de stationnement, multiplication des PV abusifs en tous genres, etc…

Mis à part en deux-roues, traverser Paris et sa banlieue est un véritable parcours du combattant, même en transports en commun !

Mis à part en deux-roues – et c’est relatif ! –, traverser Paris et sa banlieue est un véritable parcours du combattant, même en transports en commun !

Dernièrement, de nombreux grands boulevards ont vu leur limitation de vitesse chuter de 50 à 30 km/h.

10 km/h de moins… et plus de pollution !

Cette diminution a également touché le périphérique. La voie circulaire d’une longueur de 35 km a dû céder 10 km/h le 10 janvier 2014 pour passer de 80 à 70 km/h, alors qu’en 1993 les panneaux de signalisation avaient déjà été changés pour descendre la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 km/h. Malgré tous les arguments utilisés par les politiques tels que l’accidentologie, le congestionnent ou encore récemment la pollution, chaque abaissement de la limitation n’a en rien amélioré la situation.

D’année en année, on y circule moins bien et la vitesse moyenne diminue, tandis que les accidents repartent à la hausse depuis la multiplication des radars.

La mairie qui avait promis de faire fléchir les accidents de 23 %, la pollution atmosphérique de 5 % et le bruit de 1,7 décibel est maintenant complètement décrédibilisée, puisque les experts de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) ont indiqué que les 70 km/h sont contre-productifs.

La raison ? Comme les opposants à cette mesure l’avaient annoncé, cette nouvelle limitation implique de rouler avec un rapport de boîte inférieur. Cela a pour conséquent d’augmenter la consommation de carburant et donc la pollution tout comme le volume sonore puisque le régime moteur est plus élevé. Sans compter qu’en se déplacement plus lentement, les nuisances provoquées par la circulation sont allongées. Gilles Aymoz, responsable qualité de l’air à l’Ademe, explique : “Les réductions de vitesse décidées en Ile-de-France ont un faible impact sur la pollution. Au-dessus de 70 km/h, le gain est très faible. [...] en-dessous de 70 km/h, cela joue au détriment de la qualité de l’air.” Que dire de la réduction de vitesse à 60 km/h pour pollution dernièrement ?

Espérons que ces vérités soient entendues et qu’elles aident les associations d’automobilistes à rendre le décret des 70 km/h illégal.

En attendant, il serait peut-être temps de réfléchir à de vraies solutions pour l’avenir du périph’ ?

  • 16 Responses

    1. stéphane

      Mais c’est tellement logique !!
      Je n’arrive pas à comprendre ça, ils n’ont jamais roulé ou quoi ??

      Répondre
    2. takethef*bus

      Parfaitement d’accord, il faudrait abaisser la vitesse significativement. 30 serait un bon début.

      Répondre
    3. Jojo

      Est-ce qu’on pourrait avoir des liens vers les sources ? En particulier le rapport de l’Ademe ? Merci !

      Répondre
      • Adrien S.

        Gilles Aymoz responsable de la qualité de l’air à l’Ademe :

        “Au-dessus de 70 km/h, les limitations de vitesse vont dans le bon sens, même si l’effet est assez faible”, explique-t-il. “En revanche, au-dessous de 70 km/h, cela peut être au détriment de la qualité de l’air”, ajoute le spécialiste.

        On imagine bien qu’il modère son propos en plus de ça !

        Quelques médias qui en parlent :
        http://www.lepoint.fr/auto-addict/securite/pollution-sous-70-km-h-les-limitations-sont-inutiles-selon-l-ademe-13-03-2014-1800674_657.php
        http://www.lefigaro.fr/automobile/2014/03/27/30002-20140327ARTFIG00256-peripherique-reduction-de-la-vitesse-hausse-de-la-pollution.php

        Répondre
        • Almo

          “On imagine bien qu’il modère son propos en plus de ça !”

          Non. Pas “on”. *Vous* imaginez. Merci de ne parler qu’en votre nom, surtout lorsqu’il est évident que vous vous ralliez à n’importe quel article ou parole d’expert à partir du moment où ça rejoint vos convictions et vos fantasmes — même si vous ne le comprenez pas ou n’en retenez que ce qui vous arrange.

          Pour en revenir au sujet de votre article, l’Ademe considère que la pollution augmente, dans ce contexte, *sous* le seuil des 70 km/h.
          Alors maintenant, petit exercice d’honnêteté intellectuelle :

          1) Sachant cela, est-ce que vous allez accorder à sa position autant de crédit que dans le cas présent (1er cas : “on peut leur faire confiance, ils savent de quoi ils parlent”), ou la dénigrer mais du même coup discréditant le soutien que vous lui apportez dans votre article et qui vous permets de tenir votre petit discours (2nd cas : “ils ne savent pas de quoi ils parlent, ils sont anti-voitures, etc.”) ?
          Dilemme, hein ?

          2) Dans tous les cas, limitation ou non, le périph, vous le voyez souvent rouler à 70 ou 80 km/h ? Pas moi. Et pourtant je le prends régulièrement. Donc sur le fond ça ne change rien du point de vue de la pollution, soit on peut rouler à 70 parce que c’est dégagé et ça ne pose pas de problème (toujours selon l’Ademe), soit on se tape du trafic et on ne peut de toute façon pas atteindre cette vitesse.
          Il n’y a que les intégristes à qui ça fait péter une durite.

          Personnellement, ce genre de mesure, je m’en tape un peu, dans un sens comme dans l’autre ça ne change globalement rien à mon quotidien.
          Mais ça va faire 20 ans que je conduis, et Paris a toujours été un bordel sans nom pour un automobiliste. Le problème de la circulation à Paris et sur le périph, ce n’est pas les limitations de vitesse, les pistes cyclables ou autre.
          Le problème, ce sont les spécificités de la ville. De base, Paris n’est PAS et n’a JAMAIS été faite pour la conduite automobile, l’accessibilité des voitures n’a jamais été qu’un compromis bancal. Point.
          A moins de vouloir complétement raser la ville et ses environs pour rebâtir, vous n’y changerez rien.

          Sachez en tout cas qu’on peut être automobiliste sans être d’un parti-pris et d’une mauvaise foi aussi lamentables, avec un tel état d’esprit, vous desservez plus la cause des conducteurs qu’autre chose.
          Ce sont les gens comme vous, par leur intégrisme, leur nombrilisme forcené et leur mauvaise foi, qui me donnent de plus en plus envie de laisser ma bagnole à la campagne…

        • Adrien S.

          Je suis nombriliste ? A côté de ça vous imaginez le périphérique toujours bouché et les 70 km/h inatteignables… quelle mauvaise foi ! Pour l’avoir emprunté encore aujourd’hui (à 19 h, pas à minuit !), les 70 pouvaient largement être dépassés !

          Alors bien sûr je suis pas totalement objectif, mais par rapport aux personnes qui nous imposent ces limitations, je crois que j’ai encore de la marge !!

    4. glop

      Hein ? Le titre annonce “la supercherie sur la pollution démontée” et je ne vois aucune démonstration chiffrée, ni source fiable ?
      Perso, à 70, à 80 ou à 180, à vitesse stabilisée, je roule sur le dernier rapport de ma boîte, et je ne suis pourtant pas en sous-régime…
      Je constate, au doigt mouillé (la même méthode que cet article) que je consomme moins à 70 qu’à 80…

      Répondre
    5. Léo

      Ça parait assez évident pourtant, mais hélas ça fait bien longtemps que les règles automobiles et de circulation sont purement politiques en France voire en Europe.

      Répondre
    6. Servais Picord

      Pas faux. Mais faut avoir honte de rien pour écrire un article truffé de fautes. Après relecture, c’est parfait, on balance ! ça bosse ça bosse !

      Répondre
      • Adrien S.

        Je peux les corriger, ça ne pose pas de souci, faut-il encore me dire lesquelles…

        Répondre
    7. jlek75

      Pourtant je lis ailleurs : “Dans le cas d’un axe très congestionné comme le périphérique parisien, “le passage de 80 à 70 km/h” peut aider en matière de qualité de l’air, car il “favorise la fluidité du trafic”, renchérit Gilles Aymoz, chef du service évaluation de la qualité de l’air à l’Ademe.”

      Répondre
      • Adrien S.

        Sauf que le périphérique congestionné ne roule pas à 80 ou même 70. Non, au contraire avec 70 km/h on diminue la vitesse moyenne, donc la capacité du périph’.

        Répondre

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publié.