La rumeur circulait (c’est le cas de le dire) depuis quelques semaines, c’est désormais officiel : Mazda ne sera pas présent au prochain Mondial de l’Automobile. Le Japonais a publié vendredi dernier un court communiqué pour l’annoncer. Il rejoint sur la liste des absences confirmées Ford et Volvo.

D’autres façons de communiquer

Pour se justifier, Mazda indique que son calendrier de nouveautés ne coïncide pas avec le Salon de Paris. En clair, à la rentrée 2016, la firme asiatique n’aura rien d’inédit à présenter. Dommage pour ceux qui souhaitaient s’approcher de la nouvelle MX-5 RF !

La Mazda MX-5 au Mondial de l'automobile de Paris en 2014

La Mazda MX-5 au Mondial de l’automobile de Paris en 2014

Mazda précise tout de même qu’il compte faire parler de lui au moment du Mondial, avec une opération « Drive to Store » qui selon les mots du communiqué « vise à renforcer la fréquentation des concessions de la marque ». Le Japonais proposera, en plus d’un dispositif sur le Net, des animations et opérations dans ses points de vente, qui ont été relookés.

Voilà qui alimente notre inquiétude concernant l’avenir des grands Salons automobiles, que nous avions exprimée dans un article publié il y a quelques semaines. Les absences se multiplient depuis quelques mois, certains constructeurs ne trouvant plus l’opération rentable et préférant investir l’argent dans d’autres types de communication. Avec la peur de rentrer dans un cercle vicieux : marques absentes, public qui déserte, annulation de l’événement…

Pas de fumée sans feu

Et l’une des dernières rumeurs concernant ce sujet est encore plus alarmante. Selon le média allemand « Automobilewoche », Carlos Tavares, le PDG du groupe PSA, aurait déclaré qu’il réfléchissait à ne plus venir au Mondial avec ses marques. Cela ne concerne pas 2016 (où le programme du groupe s’annonce riche) mais 2018.

La Peugeot Exalt au Mondial de l'automobile de Paris en 2014

La Peugeot Exalt au Mondial de l’automobile de Paris en 2014

DS, Citroën et Peugeot pourraient ne pas être présents dans les allées du plus visité des Salons automobile ! La raison serait économique, Carlos Tavares jugeant que l’investissement était difficile à rentabiliser. Il est vrai que la présence à Paris coûte très cher, d’autant que le Salon français dure deux semaines et demie avec les journées presse, un record. Imaginez le Salon tricolore sans trois grandes marques hexagonales ! Cela pourrait avoir un réel impact sur les visites, surtout si d’ici là, d’autres constructeurs déclarent forfait.

Le sujet semble sensible puisque PSA a déjà réagi sur le site néerlandais Autoweek, qui relayait l’info, expliquant que tout cela était faux. Mais c’est bien connu, il n’y a jamais de fumée sans feu… et les bruits de couloir dans ce milieu se confirment dans la majorité des cas. Il ne faut pas écarter une autre possibilité : Carlos Tavares souhaite peut-être envoyer un signal fort pour demander aux organisateurs de revoir à la baisse leurs tarifs. L’augmentation de ceux-ci ne seraient pas étrangers au départ de Ford.