Nous y sommes : le groupe Chrysler-Fiat retire les Lancia du marché européen. La marque Lancia résume à elle seule, la gestion chaotique des marques sous l’égide de Fiat. Pourtant, Lancia avait tout pour réussir, mais Fiat s’est doté d’un plan de gestion de ses marques inadaptés aux différents marchés, et peu complémentaires entre les différentes marques du groupe.

Enfin, la plus grande erreur fut la fusion entre Chrysler et Lancia, où cette dernière commercialisait des Chrysler (300C, Voyager…) rebadgés sur le territoire européen, avec le « succès » rencontré.

avant Lancia Delta

Pourtant, Lancia est une marque forte, à l’image de la réussite sportive encore présente dans nos mémoires. Et oui, Lancia , c’est surtout 11 titres de championne du monde des rallyes !

Les erreurs de la stratégie de Lancia sont surtout :

  • Une gamme peu cohérente, et une finition trop légère pour concurrencer le premium
  • Un service après-vente pas du tout à la hauteur
  • Des motorisations peu complètes
  • Plus de modèles emblématiques (Stratos)

Et pourtant, dans la base du Groupe, les moteurs et châssis prestigieux ne manquent pas (Ferrari, Maserati, Alfa Roméo…).

Il aurait fallu :

  • Une Lancia Ypsilon moins ovoïde, et plus classique à l’image des Audi A1 (voir notre essai) et Mini Cooper.
  • Une Lancia Delta plus classique aussi. Certes en 5 portes, plus bicorps que monocorps.
  • Une Lancia Thema sur base de 300C, c’est possible, mais avec des études plus poussées, un design complètement revu, un design très italien, et des suspensions à « l’Européenne ».
  • Et surtout une belle sportive, type Stratos, sur base de Alfa Roméo 4C (voir notre essai), en moins puissante et plus GT. Car Lancia se devait la marque premium/luxe du groupe et Alfa Roméo, le premium sportif.

Pas de monospace dans l’immédiat, sauf si Fiat en sortait un compact, et Lancia aurait fait la version luxe, un peu comme la Phédra à l’époque, mais avec un design plus aguicheur. Enfin, un engagement en Grand Tourisme aurait donné une image plus sport de la marque.

arriere Lancia Delta

Mais le mal est fait, et nous devons dire adieu à Lancia. Le seul moyen de son renouveau, serait que les marques du groupe fonctionnent bien (surtout pour les projets Alfa Roméo) et que Sergio Marchionne décide, à partir des nouvelles Alfa Roméo et de leurs plateformes, de créer des versions luxes sous la marque Lancia.

Mais ça, ce n’est qu’un rêve.