Les personnes se chauffant au fioul ont l’habitude de se faire livrer en carburant à domicile. Et pourquoi pas en faire autant en sans plomb et diesel ?

Les stations-service de demain seront-elles mobiles ?

Imaginez que vous n’ayez plus à vous soucier de trouver une pompe dans des endroits mal couverts en stations-service, à gaspiller votre temps à patienter aux heures de pointe et à faire des kilomètres inutilement ? C’est ce que proposent de jeunes entreprises aux Etats-Unis.

Booster Fuels

Elles se nomment par exemple Booster Fuels (source de l’illustration) ou WeFuel. Ces sociétés vont directement se déplacer auprès de leurs clients pour les ravitailler en carburant. Nul besoin d’attendre dans sa voiture pour être servi. En utilisant une l’application pour smartphone dédiée, il est possible de demander le plein et de quitter sa voiture après avoir pris soin de laisser la trappe à carburant déverrouillée. Le conducteur d’un petit camion-citerne passera à l’horaire défini pour remplir votre réservoir pendant que vous faites vos emplettes par exemple.

Un SMS vous préviendra une fois l’opération finalisée, avec le montant débité sur votre carte bancaire. Le prix au litre est-il pour autant exorbitant ? Le service supplémentaire rendu pourrait le laisser penser. En réalité, ces start-ups achètent en gros volume le précieux liquide pour faire diminuer le prix et parfois même se situer en-dessous des tarifs affichés par les enseignes fixes. Elles ont aussi comme avantage de ne pas avoir de locaux, mais uniquement une flotte de véhicules.

Une station-service en montagne

Une station-service en montagne

Ce nouveau marché qui a fait parler de lui en début d’année aux USA pourrait bien rencontrer un succès important au regard des avantages proposés. Les seuls inconvénients étant d’avoir une place de stationnement suffisamment dégagée pour permettre au camion-citerne de stationner et ne pas craindre le vandalisme à cause de la trappe de carburant pouvant être ouverte par n’importe qui.

En France, ce système serait un véritable atout pour les habitants de zones désertées par les stations-service qui se font chaque année de moins en moins nombreuses sur le territoire. Aujourd’hui, il faut parcourir en moyenne 40 km pour s’approvisionner auprès de l’une des 11 000 structures existantes… quand il y en avait près de quatre fois plus en 1980 !