Attention, si la date de votre prochain contrôle technique est en mai 2018, vous pourriez avoir du mal à trouver un rendez-vous avant l’échéance. Le 20 mai prochain, un nouveau contrôle technique (CT) va entrer en vigueur. C’est la conséquence d’une directive européenne signée… en 2014. Son but est d’harmoniser le CT dans l’Union. Et la nouvelle formule sera bien plus sévère, pour éviter d’avoir dans la circulation des véhicules en mauvais état pouvant représenter un danger pour ses occupants ou les autres usagers de la route.

Davantage de points seront vérifiés. Surtout, le nombre de défaillances pouvant entraîner une contre-visite va exploser. Il va passer de 196 à 467 ! Les professionnels du secteur s’attendent déjà à voir le taux de contre-visite grimper en flèche. L’année dernière, près d’une voiture sur cinq était recalée au premier passage.

Des défauts à réparer dans les 24h

Les défaillances seront classées en trois catégories. Il y aura toujours les défauts mineurs (139), signalés mais qui n’entraînent pas de contre-visite. Il y aura les défauts majeurs (340), qui engendrent la contre-visite, avec un délai de deux mois pour faire réparer l’auto et revenir passer le contrôle… comme c’est déjà le cas actuellement.

Mais grande nouveauté, il y aura une liste de défauts dits critiques (127), par exemple des pneus excessivement usés, des feux stop qui ne marchent pas ou une porte qui ne se ferme pas. Avec eux, la voiture sera marquée au fer rouge… ou presque ! En effet, elle aura une vignette valable un seul jour. En clair, l’automobiliste aura 24 heures pour faire réparer et venir passer la contre-visite. Ce qui est mission quasi impossible. Passé ce délai, le conducteur risquera l’amende pour défaut de contrôle technique, qui existe déjà bien évidemment, avec 135 €.

Un prix en hausse de 15 à 20 %

Le nouveau CT sera donc plus difficile et demandera plus de temps aux centres. Conséquence : ces derniers vont revoir leurs tarifs à la hausse. La facture d’une première visite devrait augmenter de 15 à 20 %. Au final, vous comprenez mieux pourquoi en mai, il sera difficile de trouver une place : les places seront très demandées avant la réforme, entre ceux qui voudront faire des économies et ceux qui ont une voiture à l’état un peu limite.

Pour rappel, le premier contrôle technique d’une voiture se fait dans un délai de six mois avant le quatrième anniversaire de sa mise en circulation. Ensuite, il faut le repasser tous les deux ans.