Pratiquée depuis plusieurs décennies, la circulation en inter-files – correspondant au fait de remonter des files de voitures – va enfin être essayée sur le territoire français suite à la recommandation de 2013 du Conseil National de la Sécurité routière (CNSR). Explications pour nous les automobilistes.

Seulement à certains endroits et pas plus de 50 km/h

Tout d’abord, il faut savoir que cette expérimentation aura lieu dans seulement quatre régions connaissant des embouteillages récurrents : l’Ile-de-France, le Rhône, les Bouches-du-Rhône et la Gironde. A la rentrée 2015, ce sont les autoroutes et les axes ayant au moins deux fois deux voies séparées par un terre-plein central qui seront concernés par la mesure. Dans les autres configurations, on se demande ce qu’il adviendra étant donné qu’actuellement l’inter-files est pratiquée dès lors que cela bouchonne, que ce soit sur autoroute, voie à double sens ou en ville.

L'expérimentation de la circulation en inter-files se fera-t-elle sentir pour les automobilistes ? Pas sûr, car en pratique elle est déjà utilisée, mais la communication réalisée dessus pourrait améliorer la sécurité

L’expérimentation de la circulation en inter-files se fera-t-elle sentir pour les automobilistes ? Pas sûr, car en pratique elle est déjà utilisée, mais la communication réalisée dessus pourrait améliorer la sécurité des usagers

Concrètement, une moto ou un scooter (y compris ceux à trois roues) pourront remonter les files de voitures dès lors que la vitesse du trafic sera en-dessous de 50 km/h. Les deux-roues ne pourront pas dépasser les 50 km/h en inter-files et pourront utiliser leurs feux anti-brouillard avant (équipement rare sur les motos et scooters) après qu’ils aient utilisé leur clignotant pour s’insérer entre les voitures. Les feux de détresse ne sont pas autorisés dans cette situation, alors que ce clignotement par intermittence est pourtant bien plus visible et percutant qu’une multitude de phares se mélangeant à ceux des autos…

Une communication à destination de l’ensemble des usagers de la route sera effectuée pendant l’été précédant ce test qui durera 4 ans. Des capteurs sur la chaussée se chargeront de remonter des informations et l’accidentologie sera analysée. Les contrôles des forces de l’ordre seront renforcés. Espérons que cela ne signe pas l’entrée d’une nouvelle aubaine financière à coup de PV…

Quid de l’exemple de nos voisins étrangers ?

En Autriche, aux Pays-Bas et en Belgique, la circulation en inter-files est déjà légalisée dans un cadre semblable et ces pays ne semblent pas revenir en arrière.

Le bon déroulement de ce test dans l’Hexagone dépendra beaucoup de sa mise en pratique. Réponse en 2019 au plus tard, sauf si le gouvernement en place décidera d’accélérer les choses…