La nouvelle année apporte son lot de bonnes et de mauvaises nouvelles au niveau automobile. Petit inventaire de ce qui va changer au cours des prochains mois.

Radars : modernisation du parc existant

Le programme 2015 des radars automatiques devrait être connu à la fin du mois, lors de l’annonce d’un vaste plan d’action concernant la sécurité routière. Mais l’hebdomadaire Auto Plus a déjà dévoilé les grandes lignes des changements attendus cette année. Fait le plus marquant : l’arrivée de 20 radars de chantier. Ce seront des cabines qui seront déplacées en fonction des zones en travaux. Elles risquent d’être ultra-rentables car les vitesses maximales réduites à ces endroits sont peu respectées.

Citroen Berlingo radar mobile mobile DJ 246 FZ dep 42

Un Citroën Berlingo équipé d’un radar de vitesse. Découvrez la liste complète par département des véhicules en service

Concernant les fameux mobiles-mobiles, 120 nouveaux appareils seront mis en service dans deux nouveaux types de véhicule : un SUV qui n’a pas encore été choisi et la Peugeot 308. Ils remplaceront de vieux hiboux. Pour les cabines fixes classiques, la nouveauté 2015 devrait être la mise à jour des boîtes présentes au bord des routes bidirectionnelles : la cabine sera en mesure de flasher dans les deux sens !

Carburants : plus de taxes… mais des tarifs toujours bas

Au 1er janvier, le prix des carburants a été gonflé par de nouveaux impôts (taxe carbone et taxe compensant l’abandon de l’écotaxe). Le litre de gazole a pris 4,8 centimes et le sans-plomb 2,04 centimes. Mais cette hausse est quasiment passée inaperçue car les tarifs à la pompe baissent depuis plusieurs semaines, le prix du baril de pétrole ne cessant de chuter. Une situation qui ne devrait pas changer dans les mois à venir, sauf catastrophe. Plutôt une bonne nouvelle pour le porte-monnaie !

station service Peugeot 208 GTi

Autoroutes : la grande inconnue

A quelle sauce seront mangés les automobilistes cette année ? Les prix des péages seront modifiés le 1er février. Une chose est sûre, l’Etat a fait le choix de ne pas annuler les contrats des concessions cette année… et ne le fera pas avant 2017. Du côté du gouvernement, on tente de faire réduire les prix, jugeant que les sociétés qui gèrent les autoroutes sont dans une situation de rente. Ces dernières ont au contraire demandé une hausse de 0,57 % ! La poire sera t-elle coupée en deux avec une grille de tarifs gelée ?

Assurances : on peut enfin changer plus facilement

Enfin ! Le décret concernant la fameuse loi Hamon a enfin été publié (on a d’ailleurs pu constater en réel que certains assureurs ne le savent même pas !). On peut désormais changer du jour au lendemain d’assurance automobile après un an de contrat. Faire jouer la concurrence sera plus facile.

Stationnement : au quart d’heure près

La grande nouveauté cette année est la généralisation obligatoire dans les parcs publics de la règle du quart d’heure. C’est donc la fin du célèbre « toute heure débutée sera intégralement payée ». La facturation par tranche de quinze minutes sera valable pour les durées de stationnement inférieures à 12 heures. Autre bonne nouvelle, pour les personnes handicapées : le stationnement devrait devenir gratuit pour elles.

Bonus/Malus : les hybrides moins aidées

Tour de vis dans le bonus écologique. Déjà, l’Etat n’accorde plus aucune aide pour les autos thermiques classiques. La réduction de 150 € qui concernait les petits diesels sous les 90 g est supprimée. Ensuite, le coup de pouce pour les hybrides normales (non rechargeables) en dessous de 110 g/km de CO2 est bien moins généreux. Il représente en 2015 5 % du prix d’acquisition, avec un minimum de 1.000 € et un maximum de 2000 €. En 2014, c’était 8,25 %, de 1.650 à 3.300 €.

Pour les rechargeables, sous les 60 g, l’aide reste en revanche à 4.000 € (20 % du prix d’acquisition). Les électriques sont toujours aidées à hauteur de 27 % de leur prix d’acquisition avec un plafond de 6.300 €. Le super bonus pour ceux mettant à la casse un vieux diesel (plus de 13 ans) n’a pas encore été officiellement confirmé.

Le barème du malus est le même qu’en 2014.