Il s’agit ici du premier article d’une série de billets concernant l’automobile en Irlande. En effet, depuis mon séjour de deux semaines à Athlone, j’ai pu avoir un aperçu de la relation qu’entretenaient les Irlandais à la voiture et c’est toujours intéressant de comprendre les différences de cultures.

une grande rue dans athlone

Une route d'Athlone en Irlande

Ci-dessous en 4 points les différentes facettes du quotidien et du portrait d’un conducteur irlandais.

1. Les marques autos plébiscitées des irlandais

A moins d’y être passé à coté, je ne crois pas qu’il existe aujourd’hui de constructeur automobile irlandais et pour cause, la population achète donc exclusivement des marques étrangères.

une pub en bord de route

Un panneau publicitaire de Toyota pour les Yaris et Aygo

Visiblement, les Irlandais ne favorisent pas de continent… du moins, les 7 marques les plus vendues dans le pays viennent aussi bien d’Amérique du Nord, d’Asie ou encore d’Europe. Ce qu’il faut retenir c’est qu’ils ont une plus forte préférence pour les marques en provenance des USA (Ford et Opel) et que le haut de gamme est dominé par le trio allemand : Audi, Mercedes et BMW. Voici les statistiques par constructeur du mois de juin :

MarqueVentes
1Ford1 252
2Volkswagen1 033
3Renault839
4Opel758
5Toyota746
6Skoda664
7Nissan480

2. Quelle est la voiture « type » en Irlande ?

La voiture « type » en Irlande serait qualifiée de « classique » dans nos contrées. En effet, la majorité des modèles vendus là-bas, lorsqu’il s’agit pas de citadines ou de modestes compactes, sont des voitures dites « tri-corps ». C’est-à-dire, des berlines avec 4 portes et un coffre de type malle.

une Nissan Almera immatriculee en irlande

La Nissan Almera, une voiture très courante là-bas

On rencontre donc beaucoup de Nissan Almera, de Skoda Octavia ou de Volkswagen Passat… Le parc automobile donne une impression d’être un peu plus ancien que ce que l’on connait en France. A vrai dire, les Irlandais n’ont pas le même pouvoir d’achat et ont été assez durement touchés par la crise. Athlone, la ville où j’ai passé mon séjour d’une durée de deux semaines, comptait 20 à 25 % de chômage selon les habitants !… Et puis comme tout pays souvent sous les intempéries à l’image de l’Europe de l’est, la couleur rouge apparaît plus qu’à la normale sur les carrosseries.

l'arriere d'une Nissan Almera

De style très classique, l'Almera sortie en 2000 séduit les irlandais

Voici une image concernant les statistiques de ventes par modèles du mois de juin et les chiffres (tirés de l’organisme officiel, le SIMI) correspondent assez bien aux impressions que j’ai ressenties :

les chiffres de vente de voitures en irlande

Le diesel est majoritaire (54 % des motorisations au mois de juin) au pays de la Guiness et la Golf, Octavia et Focus sont les modèles phares

? Pour avoir plus d’infos (en Anglais) consultez le site web de SIMI.

3. Sur quelles routes roulent les irlandais ?

Les routes que j’ai pu voir étaient dans un état normal mais lorsque l’on s’éloigne du centre-ville les défauts du revêtement se ressentent un peu plus en particuliers sur les bas-cotés. Le pire étant en temps de pluie, car si deux voitures s’entrecroisent au moment où vous passez sur le trottoir  vous avez une douche intégrale d’assurée !

Passage pont Irlande

On peut noter que les autorités accordent une importance particulière aux passages cloutés qui sont très souvent soulignés par un dos-d’âne et voir-même un feu (ils sont signalés par « ramps ahead »). Par ailleurs, on remarque que les panneaux de danger sont en forme de losange et intégralement jaunes tandis que les limites de la chaussée sont déterminées par deux bandes jaunes continues longeant le trottoir s’il y en a un. Et on est prié de circuler à… gauche !

Panneau précédent un dos-d'âne

panneau jaune de signalisation

Panneau précédent un dos-d'âne avec passage piéton

4. Ne me volez pas mon enjoliveur !

Pour finir, une anecdote sur le paysage automobile de là-bas : les automobilistes irlandais ont une crainte majeure avec leurs autos, c’est que les enjoliveurs s’en aillent ! Ainsi, sur la majorité des voitures on peut apercevoir des attaches en plastique rendant plus difficile le vol. Je n’ai pas d’info supplémentaire, mais j’aimerai bien connaître la raison de cette peur de « l’enjoliveur ».

antivol enjoliveur

La protection pour enjoliveur

Par ailleurs, il faut savoir que les propriétaires de voitures aiment bien afficher un peu ce qu’ils soutiennent. C’est pourquoi l’on peut voir des autocollants pour la lutte contre le cancer ou qu’à l’approche d’événement sportif à dimension nationale un bon nombre de voitures ont un drapeau coincé dans une porte.

Voilà pour un premier aperçu sur le conducteur irlandais. N’hésitez pas à réagir et à partager vos expériences tirées d’autres pays.

Copier les images ?Veuillez noter que les photos de cet article ont été prises par mes soins, et que par conséquent, elles en sont ma propriété. Pour cette raison, contactez-moi si vous désirez en faire quelque usage. Merci.

Cet article fait partie de la série : « En Irlande, l’automobile se vit avant tout au sens pratique«