Après avoir été presque triplé pour certaine tranches en 2013, le système de bonus-malus écologique s’inscrit dans la même bêtise pour une année de plus. En effet, dès le 1er janvier 2014 un nouveau barème durcit sera en place pour taxer les voitures dites « polluantes » sur leur seul rejets de CO2 au km (quid de la fabrication, du transport, … ?).

Un malus qui atteindrait jusqu’à 8 000 €…

Des primes moindres et plus difficiles à atteindre avec des taxes plus lourdes et plus difficile à éviter, voici le portrait du bonus-malus 2014

Des primes moindres et plus difficiles à atteindre avec des taxes plus lourdes et plus difficile à éviter, voici le portrait du bonus-malus 2014 (crédit : Direct Matin)

Alors que les taxes resteront favorables au gazole au détriment de l’essence (la mesure est trop risquée politiquement et vis-à-vis de certains constructeurs…), vendredi prochain le gouvernement annoncera les évolution du bonus-malus. Des pronostics ont déjà été faits.

Ainsi, l’aide de 200 € correspondant à la dernière tranche de bonus (de 91 à 105 g de CO2/km, soit la majorité des voitures commercialisées dans l’hexagone) sera supprimée. L’aide allouée aux véhicules hybrides émettant moins de 110 g de CO2/km sera grandement diminuée (aujourd’hui minimum 2 000 €, maximum 4 000 € sans excéder 10 % du prix d’achat). Pour ce qui est du bonus de 7 000 € (véhicule électrique/hybride à moins de 20 g de CO2/km), les avis divergent sur l’évolution de son montant. Pour certains il sera diminué, pour d’autres inchangé.

Et les autres taxes sont nombreuses... C'est quand même drôle de payer plus cher un certificat d'immatriculation parce que la quantité de CO2 est élevée, mais de payer aussi un malus en sus...

Et les autres taxes sont nombreuses… C’est quand même drôle de payer plus cher un certificat d’immatriculation parce que la quantité de CO2 est élevée, mais de payer aussi un malus en sus…

En ce qui concerne le malus, il sera plus sévère. Pour le plus gros, il passerait de 6 000 à… 8 000 € (soit le prix d’une Dacia Sandero, sans parler de la TVA, de la taxe annuelle et de la carte grise !) tout en ayant un seul de déclenchement plus tôt (donc en-dessous des 201 g de CO2). Pour un système en déficit depuis sa création en 2008, nul doute que ce n’est pas cette augmentation qui relancera le marché automobile français en 2014…

Un impôt supplémentaire pour l’automobiliste

Comme on le sait, c’est dispositif inefficace et injuste pour plusieurs raisons :

  • Il taxe les véhicules qui roulent le moins (un propriétaire d’une Porsche ne fait pas 30 000 km/an)
  • On taxe les émissions de CO2, ce qui favorise dès le départ les motorisations diesel que l’on sait plus dangereuses (rapport de l’OMS) que les motorisations essence qui pourtant rejettent plus de CO2
  • Il met en péril l’industrie automobile qui est privée de marges importantes sur le haut du gamme et l’emploi en favorisant les petits modèles peu chers fabriqués dans des pays où la main-d’œuvre est bon marché