Nous avons été témoins ces dernières semaines d’une rumeur selon laquelle l’Algérie pourrait entrer dans le capital du constructeur automobile Peugeot, après qu’un article sur latribune.fr ait été publié. Celui-ci affirmant que l’envoyé spécial pour les relations économiques entre la France et l’Algérie, Jean-Pierre Raffarin avait abordé le sujet durant sa visite à Alger. Jean-Pierre Raffarin ayant rapidement démenti cette information sur Twitter :

le tweet de raffarin à propos de psa

La rumeur sur l’ancien ministre est fausse, mais est-elle totalement infondée pour autant ?

Info ou intox, là n’est pas la question. Comme on dit, il n’y a pas de fumée sans feu.
Alors pourquoi parle-t-on aujourd’hui d’une entrée des investisseurs algériens dans le capital de PSA ? Comment l’Algérie pourrait aider (sauver ?) PSA ?
Le constructeur français Peugeot est frappé de plein fouet par la crise. Il s’est affaibli financièrement en perdant 200 millions d’euros entre 2011 et 2012. Et il espère réduire les pertes encaissées sur le marché français.
L’Algérie qui a vu son marché automobile augmenter de 46% l’année dernière, attire déjà les convoitises des concurrents. Renault ayant déjà signé un accord d’ouverture d’usine dans le pays.
Avec un accès direct au marché automobile Algérien, PSA pourrait donc profiter de son dynamisme pour parfaire et poursuivre sa stratégie de montée en gamme et de se développer à l’international.