Je ne décolère pas ! En consultant « Le Parisien” ce matin, je constate que la mission parlementaire sur la Sécurité Routière a pondu un nouveau rapport contenant 40 propositions pour en remettre une louche dans la politique aveugle de persécution des automobilistes et de racket généralisé. Nous ne nous intéresserons qu’aux 3 principales qui nous touchent dans notre quotidien d’automobiliste ou de cyclomotoriste.

panneau de la ville prune : "contrôles radar fréquents"

Encore des prunes ?

Je ne sais pas pour vous, mais, plus que jamais, je n’accepte pas ces mesures liberticides et suis décidé à les bafouer ouvertement. Evidemment, comme toujours, ces nouvelles mesures répressives sont présentées comme “nécessaires” pour “notre bien” par les ayatollahs de la sécurité routière à la française…mais l’enfer est toujours pavé de bonnes intentions n’est-ce pas…

J’avais déjà écrit il y a quelques semaines, un billet invité sur ce blog dans lequel j’appelais à la révolte contre le racket de l’Etat avec les tirelires automatiques au bord des routes, et à la constitution d’un puissant lobby des automobilistes, seul solution, à terme, pour faire respecter nos intérêts et imposer nos revendications !
Je suis toujours convaincu que c’est effectivement la meilleure réponse pour nous faire respecter de cette bande de mafieux qui ne pensent qu’à nous piquer toujours plus de pognon par tous les moyens !

On tape encore sur les usagers de la route !

Cette fois-ci, la mission parlementaire de ces messieurs – qui ne subissent jamais ce qu’ils décident pour les autres, puisqu’ils roulent avec voiture de fonction et chauffeur – veut nous imposer l’interdiction des kits mains libres et des oreillettes Bluetooth au volant ainsi qu’un contrôle technique obligatoire pour tous les 2 roues motorisés…solex compris, donc !

Pour ce qui est de la première mesure, faudra qu’ils m’expliquent en quoi le fait d’avoir un kit mains libres est dangereux au volant, puisqu’on regarde la route et qu’on garde les mains sur le volant…
Dans ce cas, pour aller au fond de cette logique, il faudrait carrément interdire au conducteur de discuter avec les passagers ! Parce que, sait-t-on jamais, c’est dangereux aussi… lamentable !!! Une fois de plus, cette mesure vise uniquement à faire rentrer encore plus de fric dans les caisses de l’état ! Personne n’est dupe.

La seconde mesure met dans son collimateur les motards et cyclomotoristes : il leur sera désormais imposé un contrôle technique obligatoire. Evidemment, il sera payant.
Qu’importe si les deux roues n’en ont nullement besoin, de l’avis même des professionnels, car les problèmes “techniques” sont immédiatement repérables et sans commune mesure avec ceux sur une voiture ou un camion…

Dommage pour l’ado qui prend son scooter pour aller au lycée ou voire sa copine… lui aussi va devoir raquer, ou plutôt ses parents, puisque quand on va au collège ou au lycée, on n’a pas de fric.

D’autres mesures concernent l’alcoolémie des jeunes conducteurs etc.

Un peu de souplesse dans un océan répressif

Une lueur d’espoir dans cet inventaire ubuesque à la Prévert : une proposition d’assouplissement de sanction pour les petits excès de vitesse de moins de 10 km/h.
Il n’y aurait plus de perte de point lors du premier excès de vitesse constaté mais simplement une amende. Si un second excès de vitesse de moins de 10km/h est constaté dans les 6 mois, l’amende sera assortie d’une perte de 1 point.

Mais le Gouvernement serait hostile à la mesure qu’il considère comme un signal de “laxisme”! C’est sûr que quand on est conseillé par un ayatollah comme Chantal Périchon, qui pousse à une répression aveugle, on ne peut pas faire preuve de clairvoyance et d’intelligence…

La solution : envoyer d’urgence un mail de menace à tous nos députés et sénateurs (la liste des parlementaires) en leur promettant le feu nucléaire des électeurs s’ils votent ces mesures inacceptables…je crois qu’après la défaite de la droite aux sénatoriales, ce genre d’argument aura du poids !

Voilà, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Article invité écrit par Cédric.